Folie 1981

Depuis plus de six ans, la tradition de la « folie » a été reprise par le comité des fêtes de Couches qui, ce dimanche toute la matinée durant a pu recevoir ses amis, comme il convenait, ainsi que tous ceux et celles de passage dans leurs automobiles et qui ne s’attendaient pas a se voir offrir outre le verre de l’amitié, la brioche de choix, comme la tartine de fromage fort.

Il nous faut signaler (hélas) que, si beaucoup d’automobilistes ont su recevoir avec le sourire ce geste d’amitié, certains pas gracieux du tout, étaient plutôt mécontents de ces arrêts fortuits.

Ce dimanche d’août 1981, au départ du défilé situé à La Varenne, il pleuvait, laissant bien inquiets les organisateurs du comité des fêtes et les participants, tous heureux de fêter « la folie ». Mais vers 10h45, le ciel devint plus clément et fut coopératif jusqu’à la fin de la journée. De ce fait, damoiseaux et damoiselles, manants de toutes sortes, soldats du XIIème siècle, prieurs débonnaires, pages joliment costumés, notables imposants, tous dans un désordre parfaitement orchestré traversèrent lentement la cité couchoise.

Ici, on offrait le « fromage fort » (vraiment fort), plus loin la folie, (comprenez la brioche), et chacun puisait aux petits tonnelets traînés sur un chariot en bois par des servants très persuasifs, le petit rouge (vin Nectar), nécessaire à la bonne charte de la folie.

Les Miss canton étaient tout sourire sur le char de la P’tite Huguette où avait pris place l’école d’accordéon de Chalon. La calèche véhiculait une joyeuse bande de jeunes. Le demi tour se faisait dans la cour de la maison de retraite avec les applaudissements des pensionnaires ravis.

Un peu plus de midi, dislocation place de l’Hotel de Ville, vin d’honneur pour ceux qui avaient encore soif,. Tous étaient reçus par M.B. Dessendre, conseiller général, et MM. Jean Lorton et M. Nectoux, adjoints. Place de l’Hôtel de Ville dès midi, c’était la liesse populaire. On se congratulait en trinquant avec le blanc des coteaux et en dégustant ce qui restait du fromage fort.

Il faisait bon ce dimanche suivre la calèche qui terminait le cortège médiéval conduisant de porte en porte « Les Folies » 1981. Cette calèche conduite par M. Laplanche et dans les brancards Fauvette tout comme Kiki qui traînait la P’tite Huguette dirigée par M. Chavy, n’ont pas été les moins à l’honneur. En effet, depuis combien d’années, deux juments attelées ont-elles traversé la cité. Certains enfants, en particulier, n’avaient jamais vu un cheval de si près, restaient stupéfaits devant ces attelages, tout comme devant le charmant petit poney qui a reçu de nombreuses caresses. Images insolites aussi, ces masques de carnaval laissant anonyme le soldat gladiateur, insolite encore cet imperméable en plastique protégeant gentille dame frileuse, ces gobelets en carton, les accordéons, les miss, etc…

L’après-midi, un bal populaire gratuit, offert salle des fêtes, a connu lui aussi un très grand succès, la jeunesse en particulier ayant rallié la piste de danse et le Prieuré.

Une journée de tradition inoubliable !…..

Il est étonnant qu’un comité des fêtes au budget très modeste soit parvenu à réaliser cette prouesse : offrir à boire, des brioches et du fromage fort à nos concitoyens et aux automobilistes de passage. Mais cette organisation avait un but précis : porter le renom de la cité de Couches et montrer également que l’on sait recevoir ses amis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *